Les diamants bruts

Sont toujours localiser dans les cratons archéens; ou de roches, les diamants approximativement l’âge des cratons qui les contiennent. Les diamants sont dans la quasi totalité des cas inclus dans une lave atypique et très rare  » kimberlite « .La lave très riche en magnésium et potassium et qui se caractérise aussi une relative riche en H2O phlogopite et surtout une grande richesse en carbonates. Le dynamisme éruption des kimberlite est extrêmement explosif. La vitesse d’ascension des kimberlite est de plusieurs dizaines de km/h en profondeur, et les laves arrivent en surface à une vitesse supérieure à la vitesse du son. C’est cette vitesse de remontée qui entraîne une décompression et un refroidissement extrêmement rapides des diamants, trop rapidesouvent pour qu’il ait le temps de se former en graphite. On trouve aussi les diamants dans des roches sédimentaires issues du démantèlement et de l’érosion de kimberlite. On connaît aussi quelques gisements exceptionnels, issus d’autres laves bien particulières: des la lampoïtes en Australie ou des kimberlite Guyane. Les diamants n’ont pas cristallisé dans la lave kimberlitique, mais ne sont que des enclavesites arrachées par la kimberlite sur son trajet ascensionnel. Ils sont donc un des minéraux accessoires du manteau sous-cratonique. les kimberliteservices sont toujours situées dans les cratons archéens. Ces laves kimberlitiques ont des âges allant de l’archéen pour plus vieilles, à l’éocène /oligocène pour les les plus jeunes. Elles peuvent être donc considérablement plus jeunes que leur encaissant /substratum et que les diamants qu’elles contiennent. Dans  le cas des kimberlites jeune où l’ont peut reconstituer leur environnement de naissance,il semble que ces kimberlites jeunes  soient associées à la mise en place d’un point chaud sous continental. Si la lithosphère océanique à une épaisseur allant de quelques kilomètres sous les dorsales à une petite centaines de kilomètres sous les vieilles plaines abyssales, si la lithosphère continental standard à une  épaisseur moyenne de 100 à  150 km, l’épaisseur de la lithosphère sous les cartons archéens peut atteindre 200 à 250 km.  à suivre.

Dr. Adam Buapua

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.