Copiee la technologie de la libellule

Comme dans un roman policier, le secret renfermé dans les ailes de la libellule est resté longtemps   un mystère. Reculons d’environ un siècle : pendant les années trente de l’année 1900 les avions étaient vraiment, comme disait le titre d’un fameux film avec Alberto Sordi, des machines volantes diaboliques sur lesquelles s’aventuraient seulement les téméraires.
Aux accidents de tout genre s’ajoutait un fait inexpliquable : les avions apparemment sans aucun motif à un certain point se désintégraient en vol, en commençant par la perte des ailes. Sabotage? Défauts de construction? Selon les quelques survécus les ailes entraient en vibration, et la vibration augmentait d’inténsité jusqu’à  devenir un hurlement, ensuite  elles se détachaient et l’appareil précipitait.
Les ingénieurs aéronautiques étudiaient, étudiaient sans parvenir à comprendre. Quand tout éspoir était perdu, surgit enfin quelqu’un avec la solution, et au debut ils le prirent tellement pour un fou qu’il courut le risque de se faire chasser à coups de pieds. Mais lui insistait : le vrai problème se trouvait dans les ailes. Dans leur légèreté, et aussi en partie dans la ligne où elles se soudaient aux fuselages.
Une souture trop fragile. Comment et pourquoi demandaient les ingénieurs qui les avaient construites comme il faut. Ou tout simplement, les soudures  “fatiguaient” et cédaient à cause des vibrations ? Afin d’éviter les vibrations il fallait surcharger les ailes aux extrémités. C’était là, la solution. L’idée de les surcharger parut à tous comme pure folie. Comment, elles se cassaient et un cinglé voulait en plus  les surcharger.
Mais le visiteur n’en démordait point. Etait-t-il ingénieur ? Il répondit qu’il était tout simplement entomologue, il étudiait les insectes. Expert en libellules, il avait découvert le mystère en observant leurs ailes, mais ceci il ne l’a pas confessé. Au contraire, lorsqu’il parvint à les convaincre et à faire un essai qui réussit au mieux, démontrant qu’il avait raison, il se fit payer à prix d’or par les maisons construtrices. Le dispositif qu’il avait “ inventé” fut appliqué aux avions et dès lors tout marcha pour le mieux.
Les libellules, il le savait, sont les véhicules les plus extraordinaires qui existent. Elles volent depuis des dizaines et dizaines de milliers d’années et connaissent tous les trucs. Elles savent même s’accoupler en vol formant dans l’air un coeur romantique appelé en blaguant ” roue nuptiale” elles peuvent à l’improviste engager la marche arrière, ou s’arrêter  en face d’une rose pour en grignoter les poux sans même devoir se poser. Leurs ailes ne se cassent jamais.
Seulement plus tard on a découvrit que les libellules comme d’autres insectes portent à l’extrémité de leurs quatre ailes une sorte de “ballast” denommé pterostigma ,remplie de emolymphe ( leur sang) qui sert justement comme stabilisateur. Le bord d’attache en outre est renforcé par un système de nervures  à poutrelle. L’ entomologue  l’avait decouvert et avait volé le brevet. Peut-être en avait-il tué une pour en examiner les ailes au microscope, ou bien lui suffit-il d’ une loupe. Mirella Delfini

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.