La sympathie et comunication

Comment pouvons-nous créer la sympathie ? En réalité, en créant ou en découvrant des points communs. Et il y a de nombreuses façons de créer la similarité et donc la sympathie : intérêts communs, fréquentations similaires,croyances identique etc… Autrement dit, avant d’avoir ce sentiment de sympathie, nous commençons généralement par échanger des informations sur ce que nous sommes et cela à travers des mots. Certaines études de la psychologie ont démontré que 7% seulement de cette communication est transmise par les mots. 38% de cette communication passent à travers le ton sur lequel nous parlons et 5% ( la part la plus importante ) à travers notre physiologie, c’est-à-dire le langage corporel : les expressions qui passent sur notre visage, nos gestes. Notre façon de bouger lorsque nous sommes en train de communiquer les uns avec les autres en dit beaucoup plus que les mots que nous employons. En essayant d’installer un rapport de sympathie uniquement par le contenu de notre conversation, nous oublions d’utiliser les moyens les plus importants que nous possédons pour établir une communication avec le cerveau de l’autre. Une des meilleures façons que nous ayons d’y parvenir consiste simplement à réfléchir ou créer une physiologie commune. C’est ce que faisait le grand hypnotiseur thérapeutique Milton Erickson. Il apprit à reproduire le rythme respiratoire, les postures, le ton et les gestes des autres, ce qui lui permettait de faire passer en quelques minutes un courant de parfaite sympathie. Des gens qui ne le connaissaient pas, lui faisaient soudain totalement confiance. Si vous arrivez à faire naître une certaine sympathie seulement avec les mots, pensez donc à la puissance incroyable des liens que vous pourriez nouer si vous utilisez aussi votre physiologie. Alors que les mots agissant sur le conscient, la physiologie joue sur notre inconscient, sur cette région d’où travaille notre cerveau. Tiens, ce type me ressemble, il a l’air pas mal. Une fois que ce phénomène s’est produit, il existe une incroyable attirance pour l’autre, un lien étonnant. Et parce que ce lien appartient au domaine de l’inconscient, il n’en est que plus fort. Vous ne le savez pas mais la relation est nouée. les psychologues le savent. Comment donc refléter la physiologie de l’autre ? Traits physique pouvons nous reproduire ? La voix par exemple. Son timbre, sa hauteur, son intensité, son rythme, le ton, les pauses observées. Reprendre les mots, les expressions qu’il utilise le plus souvent. Essayer aussi avec les postures, la respiration, la façon de bouger, les expressions du visage, des yeux, les gestes des mains. Qu’ arriverait-il  si vous arriviez à reproduire tout la physiologie de vos patients ou des vos interlocuteurs? Ils auraient l’impression d’avoir rencontrer la personne qui l’écoute et qu’il peut faire confiance c’est le but fondamentale d’une thérapie, la confiance qui s’établit entre le psychologue et son patient, sans cela la thérapie est voué à l’échec. Pour le non professionnel l’interlocuteur aurait l’impression d’avoir rencontré l’âme soeur, quelqu’un qui le comprend totalement. Une fois que le thérapeute à réer le courant de sympathie avec son patient, il va en suite conduire celui-ci à l’établissement d’un rapport thérapeutique tangible, conduire devient facile introduire certains processus du changement, dont le patient arrivera à transformer son comportement, ses habitudes inconscient qui est responsable de son comportement délirent, cherché à établir les rapports réfléchi avec les autres dans la société. Dr. Adam Buapua.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.