Audience confirmée pour ce vendredi

après des multiples reports, Vital Kamerhe et Samih Jammal vont se présenter devant la cour ce vendredi 2 octobre 2020 à la devant la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe.

Rappelons que le directeur de cabinet du Chef de l’Etat et l’homme d’affaires libanais Samih Jammal ont été condamnés, le 20 juin 2020, par le tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, siégeant en chambre foraine à la prison centrale de Makala, à 20 ans de travaux forcés pour détournement des deniers publics, corruption et blanchiment des capitaux. Ils étaient poursuivis dans le cadre du Programme d’urgence de 100 jours du Président de la République.

Refusant de s’incliner face à la sentence prononcée contre eux, ils avaient décidé d’interjeter appel à la Cour d’appel. Curieusement, ils ne se sont jamais présentés pour comparaître, afin de plaider leur cause. Face à ces reports continus et prolongés, lesquels suscitent déjà des commentaires divers dans l’opinion. 

Après des recherches pour s’enquérir de la situation auprès d’un juriste, chef de cabinet d’avocats, concernant notamment ce que prévoit la loi dans ce cas précis.

De l’avis du technicien du droit, la balle est dans le camp du juge qui a le dossier. Il lui appartient d’apprécier la situation en vue de lever une option. A ce sujet, il peut requérir le rapport médical du prévenu afin de voir s’il est ou pas dans l’incapacité de comparaître et plaider sa cause.

 Au cas où il serait dans l’incapacité physique d’effectuer le déplacement mais il demeure lucide et n’a aucun problème pour s’exprimer, le tribunal peut siéger en chambre foraine en se déplaçant vers le lieu où il se trouve. Car, la Cour devrait éviter de se faire attendre éternellement par un prévenu qui dénote de la mauvaise foi et joue aux manœuvres dilatoires.

En plus, au cas où les avocats de la partie adverse constateront qu’ils sont en face d’un prévenu qui joue aux manœuvres dilatoires en tirant les choses en longueur pour ne pas comparaître, ils sont en droit d’exercer la pression sur le juge qui a le dossier pour qu’il fixe l’audience. Avec cet éclairage, il est à espérer que la Cour pourrait lever l’option ce jour de se décider sur le dossier de Vital Kamerhe et ses co-prévenus. La justice élève une nation l’état de droit est en marche.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.